La Saint Valentin au Japon : les « giri-choko »

La Saint Valentin au Japon : les "giri-choko"

Le 14 Février et les « chocolats de l’obligation »

Ce jour là, les femmes – et uniquement elles – offrent un présent aux hommes. Il s’agit essentiellement de chocolats. Mais ces gourmandises ne sont pas seulement réservées à l’être aimé ou convoité, comme c’est le cas chez nous. Mais bien à toute personne de sexe masculin figurant dans leur entourage. Ainsi, amis, collègues et supérieurs hiérarchiques sont également couverts de sucreries et autres ganaches pralinées.
Evidemment, pour nous Françaises, pas facile de nous projeter dans la même situation. Mais sachez que cette tradition est bien vite devenue une obligation sociale pour les Japonaises, et pas des moins onéreuses, puisqu’elle exige de n’oublier personne.

On appelle même ces chocolats de Saint-Valentin, les « giri-choko » – les chocolats de l’obligation.

A noter qu’évidemment au Japon, le packaging est tout aussi important que la qualité du chocolat offert. Les magasins rivalisent donc de têtes de gondoles étonnantes.

C’est l’occasion pour les hommes d’évaluer leur côte de popularité. La distribution des cadeaux doit d’ailleurs rester discrète afin de ne pas blesser l’ego des moins gâtés….

Le 14 Mars : les hommes retournent la politesse…

Le 14 Mars ou « White Day », c’est au tour des messieurs d’exprimer leur romantisme ou simplement leur galanterie.

La coutume veut en effet qu’un mois après avoir reçu leurs présents, les hommes remercient les femmes qui les ont gâtés en leur offrant des cadeaux d’une valeur trois fois supérieure à ceux qu’ils ont reçus ! D’où leur nom : « sanbai gaeshi » qui signifie « triple retour ». Voilà donc pourquoi certains hommes refusent frontalement certains présents lors de la Saint-Valentin…

On appelle ce jour le « White Day » car les cadeaux (fleurs, lingerie, bijoux ou autres) doivent si possible être de couleur blanche.

Pour l’anecdote, c’est une société japonaise de marshmallows (blancs à l’origine) qui a inventé ce concept en 1980. Depuis, cette célébration est ancrée dans les mœurs… Si le 14 mars est l’un des jours les plus attendus de l’année par les Japonaises, c’est souvent au grand dam des hommes… dont le porte-monnaie s’en passerait bien.

C’est lorsque les enfants et les adolescents se prêtent au jeu que l’on assiste le plus à de jolies déclarations. Les garçons glissent, en plus de leur présent, un ruban blanc dans le paquet destiné à leur bien-aimée (ou à celle qu’il convoite). Si celle-ci le noue quelque part, autour des cheveux, du poignet ou de son sac par exemple, avant la fin de la journée, c’est que les sentiments sont partagés. C’est un signal pour que les plus timides osent se jeter à l’eau.


La Saint Valentin au Japon : les "giri-choko"

La Saint Valentin au Japon : les "giri-choko"





Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.